LE RÉGIONALISTE


Parallèlement à ses activités de libraire et d'éditeur, il fonde en 1899 la Revue de Provence. C'est un périodique mensuel, d'une quinzaine de pages par fascicule, où se retrouvent, entre autres, l'ensemble des activités de la librairie Paul RUAT: Ventes, parutions, soldes, une place de choix revenant tout naturellement aux publications de la Maison.
Cette revue fut dirigée par RUAT jusqu'en 1908. Elle avait son siège en sa librairie du 54 rue Paradis. L'ensemble des fascicules forme 10 volumes in-8°, groupés sous cartonnage artistique au titre rehaussé d'une cigale d'or (l'emblème du Félibrige).

En 1909, ce périodique fut repris par le Félibre Edmond Lefevre sous le titre : Revue de Provence et Langue d'Oc. Artistique, littéraire, scientifique et historique. Elle eut son siège et sa rédaction au 17 rue de l'Etrieu à Marseille (24), mais le dépôt en demeura à la librairie RUAT.

(24). La rue de l'Etrieu était située derrière la Bourse, à proximité de la rue des Fabres. Elle disparut avec la démolition du quartier.

Dans la préface de son beau libre "La Terre Provençale" Paul Mariéton avait fixé comme suit la doctrine du Félibrige.
« Nous croyons aux droits du passé. Il y a la force de l'exemple, et la piété filiale est un devoir ; elle engendre les saines vertus de l'art et de la Vie, qui les fait durer l'un et l'autre. Tout se transforme. Mais tout s'enchaîne. Répudier sa province sous le faux prétexte de ne croire qu'à ce vague nationalisme qui satisfait une indifférence égoïste, c'est répudier la raison. On ne s'attache pas fortement à ce qui est sans racine ».

On peut penser que c'est le Félibrige qui a crée le Régionalisme en France ; c'est dire que tout félibre est régionaliste par essence.

Mais il y a au moins trois genres de régionalisme:
- Le Régionalisme Administratif que l'on appelle la décentralisation
- Le Régionalisme Économique que n'a plus l'importance qu'on pouvait lui accorder au début de ce siècle
- Et le Régionalisme Artistique et Littéraire. C'est dans ce dernier genre que se spécialise d'abord Paul Ruat.

Dans le discours qu'il prononça le 30 septembre 1900 à la fondation de l'Action Provençale, il fixe comme suit son programme:
- Maintien des us et coutumes du pays,
- Organisation des jeux floraux, des concours de farandoles, targues, tambourins,
- Créer un Théâtre Populaire Provençal,
- Créer une Académie de Provence, un Salon des Artistes provençaux,
- Créer un journal provençal,
- Et propager l'enseignement du provençal dans les écoles.

Ce programme, exécuté en grande partie, fut continué par le groupe des Bons Provençaux et, surtout, par l'action de la Revue de Provence, qui était l'organe de toutes les manifestations provençales d'alors.

En 1902, avec plusieurs notables marseillais, dont MM. Estrine, Fougue, Giry et Gravier, Paul Ruat fonde le Syndicat d'Initiative de Provence, et prononce à cette occasion plusieurs discours et conférences dans diverses villes de Provence.

Il s'établit alors Imprimeur-Editeur d'Art, en succédant au phototypeur Lacour, pour mettre en plus grande valeur les sites et monuments de Provence.
Il édite des milliers de cartes postales : portraits de félibres, types d'Arlésiennes, vues artistiques de nos pittoresques calanques, de la Sainte-Baume ; les plus beaux portraits de Mistral ; une collection des monuments romains de Provence.
Il concourt ainsi à illustrer par la photographie tout ce qui peut augmenter la valeur de la Provence au point de vue touristique, sans négliger pour autant le reportage parfois tragique avec la série de cartes sur le tremblement de terre de 1909 dans la région de Lambesc.



tacussel.fr